A la découverte de la voile habitable !

Je vous présente Laura! qui nous a fait l’honneur de choisir notre société pour son stage de MASTERS. Evidemment, la première chose que nous lui avons proposé, c’est d’embarquer!

Récit!

Mes premières aventures à bord du Grand Surprise

Arrivée depuis peu dans le pays basque, je flanne à travers le pays afin de trouver les spots sympas à visiter. Ayant expérimenté le surf dans mes premiers mois quand il faisait encore chaud et celui-ci n’étant pas si concluant, je décide d’attendre que la chaleur revienne pour m’y pencher plus sérieusement.

En attendant, je découvre l’activité voile que je ne connaissais pas du tout grâce à l’entreprise Spi en tête qui m’a pris sous sa voile pour me faire découvrir le pays, mais vu de la mer.

_MG_3823

Ma première sortie en mer était donc prévue : ça y est, j’allais enfin monter sur ce fameux bateau le Grand Surprise. C’était un jeudi après-midi de janvier et, à notre plus grande joie, le soleil rayonnait intensément pour un milieu d’hiver. Le ciel était bleu, une petite brise était là pour nous pousser à aller naviguer. C’est alors que je grimpe sur « Cadomille » ; en effet, grimper est le bon terme, car on ne monte pas sur un bateau n’importe comment, il faut le savoir, mais une fois qu’on vous l’a si bien expliqué, c’est bon, vous êtes prêt. Nous voilà à bord, nous sommes trois, Éric le skipper chevronné, Sylvie, l’apprentie skipper, et moi-même qui suis totalement inexpérimentée en la matière !

Nous commençons par l’organisation des voiles et des bouts à mettre en place avant le départ. Eric, très pédagogue, m’explique de nombreuses choses avec un vocabulaire bien précis mais très compréhensible. Je me rends donc vite utile à bord. Après quelques questions à Sylvie pour voir si elle est prête, Éric lui laisse la barre et c’est parti pour une petite balade.

Nous sortons doucement du port de plaisance d’Hendaye et nous voilà rapidement à hisser les voiles dans la baie de Txingudi. Ça y est, les voiles prennent leurs formes ; le vent nous pousse et me voilà à observer le paysage et écouter d’une oreille le cours particulier de navigation pour Sylvie. C’était tranquille : pas de houle, la brise légère et régulière juste assez pour nous faire avancer, le soleil qui nous chauffe le visage. On se serait presque cru en plein été, le hic c’est qu’en face de nous, les sommets des montagnes sont enneigés. Croyez-moi, c’était incroyable : le calme de l’océan, la beauté du paysage, je me suis dit que j’avais une grande chance de pouvoir assister à un tel spectacle. C’est vrai, la vue depuis la mer quand on a l’habitude de vivre sur terre est complétement surprenante et, en même temps, tellement différente.

Sylvie a bien profité de ce temps pour s’exercer à la manœuvre tandis que moi je profitais de décompresser. Nous étions dans notre lancée pour s’éloigner un peu plus quand le vent a décidé de s’arrêter. Ah ! c’est bête quand on se promène en voilier et que ton moteur naturel stoppe !! Le soleil commençait à descendre doucement dans le ciel et le vent nous avait lâché. Ben, c’était l’heure de rentrer au port tranquillement avec le moteur qui était notre dernier recours.

Le temps du trajet-retour, avant que nous arrivions dans le port, Éric et Sylvie prennent de l’avance pour ranger les voiles car elles ne nous servaient plus à grand-chose. Je me retrouve donc à la barre à piloter le bateau pendant que les autres enroulent les voiles. J’essaie de tourner à droite puis à gauche, je découvre la délicatesse avec laquelle je dois appréhender mes mouvements pour voir le bateau prendre différentes trajectoires. Enfin c’était super cool de pouvoir piloter, même si je voguais en ligne droite et cela m’a vraiment donné envie d’en apprendre plus. Parce que la sensation de navigation, même à faible allure, est super chouette quand c’est toi le capitaine !

Contact: eric au 06 62 82 34 74, eric@spientete.com