BLOG

Voile habitable, attention on tourne !

09 Fév 2017, Posté par Laurent Duclos dans Blog

Attention pas de cinéma! Ici moi je vous parle de tourner sur l’eau, et ce n’est pas toujours comme sur un plateau… (Il me vient un citation de tournage pour le coup: « c’est curieux ce besoin chez les marins toujours de faire des phrases… »)

Tourner, sur l’eau, vise à se rapprocher ou à s’éloigner du vent. Ca à de l’allure n’est ce pas? C’est facile a priori, on pousse la barre, ou on la tourne vers le vent, et hop! le voilier pointe son nez plus prés du vent. On appelle ça lofer. Petite subtilité: il faut adapter le réglage des voiles à cette nouvelle direction, qui induit un « nouvel angle au vent ».

Bien sûr un bateau tourne dans les deux sens, on peut à l’opposé « s’éloigner du vent ». On appelle ça abattre. Là aussi, nouveau réglage des voiles.

 

Attention, manœuvres!

Là où les choses se compliquent, c’est qu’à tourner comme une girouette, les voiles finissent par avoir besoin de changer de coté! Il faut alors prendre certaines ficelles à bras-le-corps, et exécuter avec élégance autant que possible l’une ou l’autre de ces deux manœuvres: le virement, ou l’empannage.

 

Virement de bord

Pourquoi virer de bord? Le voilier à ceci de miraculeux qu’il peut remonter au vent, alors que c’est le vent qui « le pousse ». Mais le miracle a ses limites, il y’a un secteur d’environ 45° de part et d’autre du vent ou votre navire n’avancera pas. Quand on veut tourner dans ce secteur, on est obligé de passer le « lit du vent » et de retomber sur l’autre bord. On appelle donc ça « virer de bord ».

Il faut tout d’abord se caler au plus prés du vent, repérer la direction (à 90°) qu’on aura en sortie de virement, s’assurer d’avoir une bonne vitesse, et hop! on lance l’action.

Le barreur va diriger le bateau pour atteindre « rapidement » la direction repérée en amont. L’équipier de voile d’avant va surveiller le moment ou celle-ci commence à se déventer, et larguer en grand l’écoute qui la retenait. Il embraquera rapidement la seconde écoute au moment ou sa voile d’avant franchit le pied de mat. Pour ça deux amis fidèle: célérité et winch.

Pas mal de terme un peu technique là tout d’un coup? Venez nous voir, on vous expliquera tout ça, rien de sorcier en fait…

Pendant ce temps l’équipier de Grand Voile attend que le bateau passe sur l’autre bord et choque sa voile pour la relance. Il peut reborder en position de « prés » dès que le navire a repris de sa vitesse.

Des fois il y’a du vent, peut-être trop, ou bien… , bref, tout ne se passe pas comme prévu. Au barreur alors de gérer sa rotation et la force que le vent met dans les voiles. Avoir à « passer la jupe », surpatter, gérer un manque-à-virer… là encore on a des choses à vous raconter, mais sur l’eau ce sera plus fun 😉

 

EmpannageBouée au vent

C’est LA scène de film. Celle où le vilain (ou le gentil dans les thrillers) se fait ramasser par un grand coup de bôme et passe par dessus bord. En pratique, tout ça se contrôle et se passe bien, du moment que vous connaissez votre affaire.

Il faut doucement amener son bateau au plein vent arrière. La voile d’avant va se retrouver masquée par la Grand Voile et se dégonfler. C’est le signe qu’il faut stabiliser la trajectoire du bateau et faire passer la voile sur l’autre bord. On fera de même avec la Grand Voile en prenant soin d’avaler toute l’écoute rapidement avant de la laisser filer à nouveau dès que la voile change de bord.

 

Et la mer dans tout ça?

Comme je le disais au début, elle n’est pas toujours calme comme un plateau. Le plus souvent la mer vient dans le sens du vent. Au prés quand les creux sont un peu marqués, on aura intérêt à attendre que le voilier se soulève sur la crète d’une vague et libère ainsi son étrave, il tournera d’autant plus facilement.

Au portant pour empanner, le bateau peut partir au surf dans les vagues. En accélérant il rend la manoeuvre plus facile (moins de pression pour border la GV), et c’est l’occasion à saisir.

 

Et le spi aussi ?

Et le Spi aussi oui, mais c’est une autre histoire, revenez au chapitre « Spi »!

 

Contact: eric@spientete.com, 06 62 82 34 74

Désolé, le formulaire de commentaire est désactivé pour le moment.